Rechercher
  • Sandra Depierre

En finir avec vos stratégies d'évitement



Une stratégies d’évitement, c'est lorsque notre attention est sans cesse détournée vers autre chose que l’essentiel… Voyons cela de plus près :


Je constate depuis quelque temps que je démarre ma journée de travail avec une idée en tête puis, que partant de cette idée, j’en viens à une autre, qui m’emmène à une autre, puis encore à une autre, pour au final me retrouver dans une toute autre direction que celle du départ. Je ne fais absolument pas ce que j'avais idée de faire au départ.


Étrangement, lorsque je m’apprête à commencer un travail d’ampleur, important, audacieux, je dérive très rapidement vers des tâches beaucoup plus faciles. Je soupçonne alors mon esprit de volontairement détourner mon attention de ce qui a vraiment du sens pour moi sur l’instant. Manifestement, je pense que ceci peut-être lié à des peurs inconscientes, comme si je voulais toujours éviter la difficulté ou l’impact hautement positif de mon travail. Si cela n’est pas un auto-sabotage, je ne vois pas ce que c’est. Ce pourrait être un trouble de l’attention ou de la concentration, mais je suis tout à fait capable de rester concentrée sur ma tâche facile. Donc je peux laisser tomber cette hypothèse.


En me reportant sur de petites tâches faciles, j’ai tout de même la satisfaction du travail fait, le sentiment d’accomplissement, mais force est de constater que mes gros chantiers stagnent, alors qu’ils sont d’ordre primordial.


Procéder de la sorte me donne le sentiment de maîtriser mes petits accomplissements. Pour autant, si je regarde la globalité de la situation, je ne peux que voir l’ampleur du travail qu'il me reste à faire et pour certains projets compter les mois et années de retard sur leur réalisation.


En réalité, je vois bien que c'est la peur qui me fait mettre de côté des projets pourtant profondément importants pour moi, parce que je préfère vivre le confort plutôt que le dépassement de Soi. Ces paroles sont assez dures et ne reflètent pas le travail en développement personnel effectué au fil des mois et années. Je bosse sans relâche. Mais si certaines choses traînent autant dans ma vie, c’est peut-être justement parce que je les contourne au lieu de m’y adresser directement. Je ne souhaite pas dénigrer le travail alors accompli au gré de ces contournements chroniques, il est important donc d'en souligner tous les apprentissages auxquels ils m'ont permis d’accéder. Ceux-ci seront, il est sûre, de belles ressources à exploiter.


Si je n’ai pu le voir auparavant, aujourd’hui je ne fais que le constater avec récurrence dans mon quotidien et ne peux plus l’éviter. Je veux dire par là que tant que la stratégie d’évitement est inconsciente, il est difficile de s’adresser à elle et on peut considérer que nous empruntons le bon chemin. Jusqu’à ce que celle-ci soit apparente, indéniable et s'impose à notre conscience. Là, je ne peux plus choisir de ne pas la voir car je sais qu’elle est là. Là, je sais que le moment est venu pour moi de m’en occuper. Alors remontons les manches et mettons nous au travail.


Afin de mettre fin à ces stratégies d’évitement, je vous propose ma méthode personnelle :


1/ Etablir une liste de vos projets et tâches à réaliser : prenez le temps de faire le point, de poser vos objectifs principaux dans tous vos domaines de vie : professionnel, familial, sentimental, bien-être, amical, alimentation, sportif, silhouette, etc. Puis prenez une feuille blanche et placez instinctivement ces objectifs sur votre page en laissant vierge le centre. Ne réfléchissez pas, écrivez.


2/ Etablir un ordre de priorités : Numérotez vos objectifs en fonction de l’importance qu’ils ont dans votre vie, en commençant par le 1 pour l’objectif le plus important. Ecrivez le chiffre de l’objectif et entourez le dans une bulle. Faites-le également assez instinctivement et observez. Il est fort possible que des objectifs essentiels comme par exemple "avoir une alimentation équilibrée" passe en dernier dans la liste… Observez simplement, sans juger.

Votre objectif numéro 1 est celui qui draine le plus votre énergie. C’est le plus important et sûrement celui qui vous demande le plus de travail. C’est votre plus gros chantier. Pourtant, est-ce celui auquel vous consacrez le plus de temps? Est-ce celui sur lequel vous avancez le plus? Ou celui qui vous redoutez le plus ? Pour lequel vous procrastinez sans cesse ?


3/ Observer ses fuites inconscientes pour les rendre conscientes : Notez sous vos objectifs les tâches à réaliser pour les atteindre. Pour chaque objectif, identifiez en les soulignant la ou les tâches sur lesquelles vous bloquez, celles que vous repoussez toujours, celles que vous vous refusez d’effectuer ou qui vous demandent un investissement tel que vous vous sentez fatigué rien que d’y penser.


4/ Identifier les freins à la réalisation : demandez-vous ce qui vous rend la tâche si difficile. Est-ce la peur, le doute, le manque de motivation, etc. pour ce qui est des émotions. Mais faites aussi rentrer les autres facteurs : manque de temps, d’argent, manque de compétence technique, etc. Quand vous considérez cette tâche à réaliser, observez vos réactions internes : soupir, repli sur soi, rentrer les épaules, perturbation de la respiration, contraction, mâchoires qui se serrent, tremblements, angoisse, colère, etc. Tous ces signes vous prouvent que vous avez des freins inconscients à la réalisation de ces tâches. Notez sous vos objectifs ces freins. Ainsi vous commencez à mettre de la clarté et de la conscience sur ces freins.


5/ Se pardonner : Prenez le temps de vous pardonner pour les retards accumulés et vos difficultés. Pardonnez-vous de maintenir votre réussite loin de vous. Pratiquez les 4 mots magiques du Ho’oponopono “Désolé, Pardon, Merci, Je t’aime” pour commencer à libérer ces freins.


6/ Rétablir un sentiment de capacité pour enclencher le changement : Pour vous sentir suffisamment fort pour dépasser vos limites et atteindre vos objectifs, je vous invite à procéder à l’inverse de vos priorités. Non pas pour accentuer l’évitement, mais pour rétablir un fonctionnement optimal. Je m’explique : si auparavant vous avez fonctionné par évitement de manière inconsciente c’est parce que l’objectif est à vos yeux trop gros pour être atteint. Donc en ne vous en occupant qu’en dernier recours, vous diluez le problème et apaisez la douleur de faire face à cette montagne. Or, je vous propose de considérer les choses autrement et en douceur : puisque votre objectif premier est le plus important, il a besoin d’un “vous” fort, bien dans sa peau, convaincant, confiant, serein. Puisque les objectifs de la fin de votre liste sont les plus faciles à réaliser, vous allez pouvoir vous en saisir facilement et même immédiatement. L’accomplissement et la satisfaction vont nourrir votre confiance, vous aider à vous sentir fiables, et vous donner du courage. Ces derniers objectifs sont en fait ceux dont vous avez besoin en priorité pour atteindre vos objectifs premiers. Cela peut paraître étonnant mais pourtant c’est ainsi. Si vous dormez mal mais que cela n’est pas du tout votre priorité en regard avec votre projet professionnel phare du moment, vous comprendrez aisément que l’amélioration de votre sommeil sera une ressource à exploiter pour avancer concrètement sur ce plan professionnel. L’objectif de mieux dormir deviendra alors un support, un tremplin et non une fuite qui draine votre énergie ailleurs. Comprenez que tous vos objectifs secondaires viennent nourrir votre objectif principal. Là où vous aurez de la maîtrise vous progresserez, sans jamais perdre de vue votre objectif phare. Au lieu de laisser la peur bloquer votre réalisation, vous nourrissez votre confiance progressivement. Plus vous progresserez dans la maîtrise et le bien-être en réalisant vos objectifs secondaires, plus vous vous sentirez capables de réaliser les tâches liées à vos objectifs importants. Au lieu de fuir, vous développez une stratégie de rétablissement de la confiance en soi.


7/ Prendre position : Pour enclencher le changement, notez pour chaque objectif ce que cela vous apportera de le concrétiser. Tâchez de faire la liste la plus exhaustive de tous les bénéfices, puis essayez de résumer avec un mot ce à quoi vous accédez par ce fait : vitalité, paix intérieure, complétude, joie, reconnaissance, réalisation, renouveau, consécration ? Une fois ceci accompli, vous reprenez conscience de pourquoi ces objectifs sont importants et comment les uns nourrissent les autres. Ils se soutiennent tous mutuellement.


Pour terminer, vous vous positionnerez au centre de la feuille en écrivant “MOI” là où vous le sentez et en l’entourant de la forme géométrique/symbolique de votre choix : personnellement, j’ai choisi un cœur.


Enfin, vous relierez les points de tous vos objectifs : en commençant par le 1, vous tirez une ligne droite jusqu’au 2, puis jusqu’au 3, et ainsi de suite. Lorsque vous avez terminé, observez la forme géométrique obtenue et considérez les lignes en fonction de votre MOI : vos lignes sont-elles proches ou éloignées de vous ? Vous traversent-elles ? Ce tracé peut ajouter des éléments de compréhension sur vos stratégies d’évitement : quels sont les projets qui vous évitez le plus ? Et quels sont ceux qui sont avec lesquels vous êtes les plus alignés ?

En surlignant vos lignes droites avec un feutre, vous pourrez observer plus distinctement votre alignement. Sans jugement. Et avec amour. Aussi, vous pourrez mettre en exergue les points de croisement et ainsi comprendre où serait votre position idéale dans tout cela : là où se croisent le plus de lignes. Comparez la position de votre "MOI" et votre position idéale (croisements). Vous voyez quel est le déplacement à opérer pour vous mettre au cœur de vos projets.

Voyez aussi quels sont les objectifs les plus proches de ce nouveau centre : ceux-ci symbolisent le socle sur lequel vous devrez vous positionner pour solidifier l’ensemble. Avec ce nouveau regard, les projets identifiés redessinent l’essentiel et vos priorités parmi les priorités. Aussi, vous devrez dire “NON” à ce qui vous en éloigne. Car prendre position commence par là.


Dorénavant, lorsque vous aurez un projet en tête, et que votre mental ou vos émotions vous draineront ailleurs, vous pourrez vous interroger sur le fait de savoir si ces activités parallèles nourrissent les objectifs les plus proches de votre socle. Si c’est le cas, vous pourrez vous y atteler, tout en veillant à ce que cela ne vous fasse pas perdre de vue votre projet de départ. Si en revanche, ces activités parallèles vous détournent totalement de votre projet de départ, vous pourrez simplement en prendre note et revenir immédiatement à votre idée d’origine. Refusez le détournement et l’auto-sabotage qu’il représente. Pratiquez le Ho’Oponopono auquel cas pour vous en libérer.

Vous placer au centre de vos priorités veut donc dire effectuer les tâches qui s’y rattachent. Ce processus peut vous éviter un éparpillement et de littéralement “brasser de l’air”. Cela demandera de l’observation et de l’auto-discipline.


8/ Et si j’ai oublié de mettre des projets dans ma liste ? Cette remarque soulève un phénomène d’évitement très intéressant et mérite réellement d’être considéré. Vous avez malencontreusement omis de mentionner un ou plusieurs objectifs de vie pourtant cruciaux ? Cela peut révéler deux choses : vous n’y croyez absolument pas et sortez totalement ce plan de votre vie par manque d’énergie. Soit, vous vous refusez un succès réel que vous savez pouvoir atteindre, mais en reportez la réalisation. Tout est à prendre en considération lorsque l’on observe sa conscience. Car tout a un sens et il convient de le trouver. Ainsi donc, placez votre projet oublié parmi les autres de manière instinctive : ceux-ci sont-ils proches de votre centre ou loin? S’ils sont proches, vous les intégrerez à votre liste de priorités. Tandis que s’ils sont loin vous les laisserez graviter en périphérie, sans pour autant les ignorer.


9/ Redistribuer les cartes : à la lumière de vos nouvelles priorités, redistribuez votre numérotation par ordre de proximité. En partant de votre MOI aligné, numérotez 1 le projet le plus proche, 2 celui qui le suit au plus près, et ainsi de suite. Enfin tracez vos lignes entre les chiffres dans un ordre croissant, en partant de 1. Observez à quel endroit se croisent le plus de lignes, et quel projet en est le plus proche. Peut-être même que ce projet se trouve au centre de cette nouvelle distribution ? Faites ressortir l'évidence : vous saurez alors sur quoi mettre l’accent. Le projet le plus proche de "MOI" et du croisement dernièrement identifié vous indique votre "Projet 0". Peut-être qu’un projet qui vous paraissait secondaire est en fait une de vos priorités. Sachez dans tous les cas qu'il soutiendra en réalité tout le reste.

Observez la géométrie générale pour en retirer plus d’enseignement.


Sur la base de tous ces ajustements, vous êtes à présent capable de :

  • identifier votre projet 0 : celui sur lequel vous devez vous concentrer maintenant et dire NON à tout ce qui vous en détourne.

  • nourrir vos projets secondaires en ayant conscience de leur rôle dans le TOUT, et en mesurant votre investissement pour ceux-ci afin qu’ils demeurent une ressource sans pour autant vous accaparer.

  • éloigner de vous les distractions et stratégies de détournement inconscientes qui vous tiennent à distance de vous même.

  • rétablir progressivement la confiance en vous et vos capacités d'action.


10/ Passez à l’action sur le projet 0 : Ayant pris conscience de l’importance de votre projet 0, vous devez absolument foncer pour sa réalisation et pour cela, mettez vos émotions à distance. Rendez les choses presque platoniques à son égard : “je le fais, un point c’est tout!”. Ne vous posez plus de questions. Car l’évidence est là. Détaillez chaque étape du processus de réalisation de cet objectif et donnez vous pour mission de les réaliser les unes après les autres coûte que coûte. Ne laissez pas le temps passer et drainer votre énergie ailleurs. Dites NON à ce qui vous en détourne. Concentrez vos efforts sur ce projet tant qu’il n’est pas abouti. Refusez de vous éviter à nouveau. Cette mission n’est pas un enfermement mais une libération. Parce qu’elle vous rapproche de vous-même. Agir vaut mieux que réagir, donc au lieu de réagir à vos émotions et votre inconscient qui vous font éviter votre réalisation, agissez pour concrétiser votre projet.



En résumé.

Vous avez pu faire le point sur vos stratégies d’évitement et mettre en lumière l’évidence de vos priorités du moment. Vous venez donc de prendre le pas sur vos schémas inconscients. A condition de rester en observation vous pourrez vous repositionner en conscience lorsque vous vous voyez dériver. Si vous avez envie d’être encore plus pertinent et efficace, vous pouvez programmer vos journées en incluant une ou plusieurs tâches à réaliser qui nourrissent vos projets. Vous consacrerez un minimum de temps pour vos activités secondaires afin qu’elles soient alimentées et consacrerez la majeure partie de votre temps à la réalisation de votre projet 0.


Pour aller plus loin...

En dépit de cet exercice, si vous rencontrez des difficultés pour atteindre vos objectifs, il conviendrait d’explorer la source de cette problématique. Pour cela, les consultations individuelles sont la réponse la plus adaptée. Mon accompagnement holistique vous aidera à dépasser ces blocages inaccessibles et vous fera avancer avec plus de facilité vers votre accomplissement.



9 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout